La mission de l’Institut de Psychologie Contextuelle est de répandre la flexibilité psychologique dans l’eau potable. Pourquoi cherchons-nous à faire cela? Et puis, qu’est-ce que la flexibilité psychologique?

La flexibilité psychologique, c’est tout simplement la capacité de pouvoir choisir de faire ce qui est vraiment important pour nous, même en présence d’obstacles.

Selon la manière dont l’esprit des humains fonctionne, nous avons tous une tendance innée à chercher à nous éloigner de nos ressentis douloureux et de nos pensées négatives. Nous sommes même convaincus de pouvoir y parvenir, alors qu’en vérité, il est pratiquement impossible d’arriver à ne pas penser à quelque chose. Ainsi, des années de recherche sur la suppression de pensées ont démontré qu’essayer de ne pas penser à un ours blanc ne fait que le rendre plus présent. Une difficulté similaire apparaît quand nous essayons de ne pas ressentir quelque chose, surtout une émotion intense. Vous avez sans doute déjà pu faire l’expérience ; lorsqu’on essaye de ne pas ressentir la colère, on ne fait que l’attiser.

Notre culture, centrée sur le fait de se sentir bien ainsi que sur son postulat de rationalité de l’esprit, nous leurre à penser que nous pouvons changer nos ressentis négatifs en émotions positives et remplacer nos pensées irrationnelles par d’autres plus réalistes. Derrières ces postulats, se tient l’idée que nos pensées et nos émotions sont les causes directes de nos comportements.

La flexibilité psychologique propose une autre approche. En effet, elle reconnaît qu’une très large part de ce que nous pensons et ressentons a été programmée par notre environnement, notre histoire d’apprentissages, même possiblement nos gènes, et que nous n’avons finalement que peu de contrôle sur ce qui se présente à l’intérieur de nous. Pire encore, chercher à le contrôler, même aussi subtilement et indirectement que possible, risque bien plus d’empirer les choses et d’ancrer encore plus profondément ces pensées et émotions problématiques. Cela peut aussi leur donner une importance indue et les mener à limiter encore plus sévèrement nos actions.

La flexibilité psychologique vise à nous aider à faire ce qui est important pour nous, même en présence de pensées négatives ou dénigrantes, d’émotions, de sensations ou de souvenirs douloureux. Elle vise à nous aider à nous approcher par l’action des personnes et des choses qui comptent vraiment pour nous, même en présence d’obstacles intérieurs.

Une récente étude à grande échelle conduite en Suisse suggère que la flexibilité psychologique pourrait être l’élément qui réduit l’impact des évènements stressants — dans la vie quotidienne comme au travail — ainsi que de l’isolement social : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2212144717300066. Intuitivement, l’idée suivante fait sens : plus on est capable de faire ce qui compte pour soi, même en présence d’obstacles, plus on est résilient face aux principales sources de stress. À présent, la science confirme cette idée.

La flexibilité psychologique nous aide à vivre une vie en phase avec nos valeurs personnelles les plus profondes, avec les choses et les personnes qui comptent le plus pour nous. Lorsque notre vie est en concordance avec nos valeurs, elle se charge de sens et de vitalité, et nous sommes moins à risque de souffrir de diverses difficultés mentales et physiques.

La bonne nouvelle est que la flexibilité psychologique est une habileté qui peut s’entraîner. À l’Institut de Psychologie Contextuelle, notre mission est de répandre cette habileté aussi largement que possible. Quand nous parlons de la mettre dans l’eau potable, cela signifie que notre but est de trouver des manières simples et directes de la transmettre afin que chacun et chacune puisse vivre une vie en phase avec ses valeurs. Par conséquent, notre mission ne se limite pas à la psychothérapie, mais s’étend également vers les parents et les familles, les relations, les écoles et universités, les organisations et les entreprises, et même les institutions et les politiques publiques! Nous croyons qu’il est possible de faire plus de place à la flexibilité psychologique dans tous ces espaces.

 

Voulez-vous un avant-goût de la flexibilité psychologique? Vous pouvez commencer dès aujourd’hui en engageant quatre petites actions en direction des personnes et des choses qui sont les plus importantes pour vous, aussi petites soient ces actions, et quoi que vous pensiez et ressentiez. Puis, demain, faites-en quatre autres, cinq autres, ou autant que vous choisissez d’en faire.

Puis, revenez nous dire si vous avez aimé le goût de la flexibilité psychologique!

Par exemples ; prendre le temps d’écrire à un ami, de remercier un membre de votre entourage pour son aide précieuse, choisir d’être pleinement présent avec vos enfants le temps d’un jeu ou encore décider de faire une séance de sport, l’important est de se diriger concrètement vers ce qui compte pour vous.