Si vous avez déjà vécu une relation amoureuse, vous reconnaitrez surement ce qui va suivre. Votre partenaire fait quelque chose, par exemple oublier de vous contacter à l’heure que vous aviez convenu. Cela vous fait ressentir de l’insécurité, mais ce qui vous envahit, c’est la colère. Vous envoyez un texto rude. De son côté, votre partenaire lit ce message et se sent inadéquat, bien que ce qu’il/elle perçoit le plus est un découragement teinté de crainte. Cette situation le/la pousse à ne pas répondre à votre message. Cela vous fait vous sentir abandonné(e). Encore plus en colère, vous commencez à percevoir comme un « fait » qu’il/elle s’en fout totalement de vous, etc. Vous êtes tous deux pris dans une boucle coincée pour deux.

Quand nous répondons à ce que nous ne voulons pas penser ou ressentir en engageant des actions pour nous éloigner de ces expériences intérieures indésirables, nous pouvons facilement nous retrouver pris dans une boucle coincée. C’est actions nous apportent généralement un soulagement qui n’est souvent que de courte durée. Les expériences non-désirées reviennent souvent plus intenses, nous poussant à chercher le soulagement dans d’autres actions d’éloignement. De cette manière, notre vie et nos actions peuvent en venir à être dominées par ce que nous ne voulons pas penser ou ressentir. Et ça, c’est vraiment pas drôle.

Nos relations peuvent également se retrouver prises dans de telles boucles, sauf qu’elles impliquent une autre personne. Là aussi, nous engageons des actions pour nous éloigner de ce que nous ne voulons pas penser ou ressentir quand nous voyons notre partenaire agir d’une certaine manière. À leur tour, nos actions poussent nos partenaires à engager certaines actions pour s’éloigner de ce qu’ils ne veulent pas penser ou ressentir quand ils nous voient faire cela.

Une des boucles coincées pour deux les plus populaires est la danse poursuite-fuite décrite au premier paragraphe. Un partenaire s’éloigne, ce qui pousse l’autre à le ou la poursuivre. Un(e) partenaire poursuit, ce qui pousse l’autre à s’enfuir. La causalité devient circulaire. Le comportement de l’un cause le comportement de l’autre et ainsi de suite. Chacun des partenaires blâme l’autre sans voir en quoi il ou elle contribue à maintenir la boucle active. Pourtant, personne n’est fautif. Le problème est simplement que nous nous sommes laissé prendre dans une boucle coincée pour deux.

Le problème avec ces boucles, c’est qu’elles ne nous donnent aucune information sur notre relation au-delà de l’évidence que quand on est coincé, c’est vraiment pas drôle. La seule manière de savoir si notre relation peut vraiment fonctionner, c’est d’apprendre à reconnaitre nos boucles coincées pour deux, d’identifier les émotions profondes qui se cachent sous nos réactions premières et de choisir délibérément d’engager des actions pour s’approcher de ce qui compte vraiment dans notre relation. Dans notre exemple ci-dessus, la boucle coincée est la dynamique poursuite-fuite. Les émotions profondes de celui ou celle qui poursuit pourraient être un sentiment d’abandon et, pour celui ou celle qui fuit se sentir pas à la hauteur et indigne d’amour. Une action d’approche pour l’un comme pour l’autre pourrait être d’exprimer ses émotions profondes plutôt que sa colère ou son incompréhension de surface, d’exposer sa vulnérabilité et de faire une demande de connexion.

Au cours de l’année dernière, nous avons adapté le puissant modèle de la matrice ACT au travail avec les couples en détresse et offrons à présent des ateliers pour les cliniciens travaillant avec les couples basés sur la matrice ACT qui aident à mettre la flexibilité psychologique au service de meilleures relations intimes. Venez découvrir et pratiquer comment mieux aider vos clients (et vous-mêmes) à identifier et se libérer de leurs boucles coincées pour deux qui peuvent transformer les relations les plus aimantes en champs de mines.